CalendrierFAQRechercherAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lyla Fall, au rapport ! [fini, sauf l'avatar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyla Fall

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/12/2011
Age : 24
Localisation : M.I.A.

Feuille de personnage
Âge virtuel: 26
Style de Survie: En Groupe

MessageSujet: Lyla Fall, au rapport ! [fini, sauf l'avatar]   Sam 10 Déc - 0:57




Lyla Fall






||FICHE DE PRESENTATION||






  • Noms: FALL
  • Prénom:Lyla
  • Surnom:
  • Age: 26
  • Sexe: Féminin
  • Grade : Sergent
  • Force armée d’appartenance : Armée de Terre
  • Langues parlées Anglais, Français
  • Orientation Sexuelle: Hétéro
  • Hobbies/ Activités Sportives: Marathon, tir.
  • Origine:Royaume-Uni/États-Unis

  • Caractéristique physique:

    Je mesure environ 1 mètre 70, je ne sais plus quand était la dernière fois que je me suis mesurée, mais ça doit tourner dans ces eaux-là. Je suis plutôt fine, tout en souplesse, et assez vigoureuse. D'accord, j'ai peut-être du mal dans les combats rapprochés, je n'y suis pas très à l'aise, mais je m'entraîne dur pour avoir un bon niveau. Je pense pouvoir affirmer que je suis bien proportionnée, sauf peut-être pour mes doigts, que je trouve trop longs. Ma peau est assez blanche, décolorée de ne pas avoir vue le soleil pendant longtemps.

    Je suis très fière de mes yeux verts. Je sais évidemment que je n'y suis pour rien, mais je les aime beaucoup.Ils ont en revanche la particularité d'être sans cesse en mouvement : toujours à scruter les recoins d'une pièce ou d'une rue, toujours à défier le monde du regard. Je pense que ce mouvement perpétuel est un réflexe de survie que j'ai du adopter très tôt. En adéquation avec mes yeux, mes cheveux bruns me coulaient autrefois dans le dos, jusque dans le creux des reins, mais j'ai malheureusement du les couper il y a quelques années maintenant pour réaliser mes rêves. Je garde presque toujours mon sourire, un sourire tordu en une moue ironique qui semble toujours narguer les autres. Mon nez est assez fin et pointu, et si certains le trouve comique, ils l'ont amèrement regretté peu après.

    Pour mes goûts vestimentaires, ils sont plus que limités, étant donné que je suis conditionnée par l'uniforme. Lorsque je suis obligée de m'habiller en civil, ce sont des habits plutôt décontractés, mais je garde néanmoins mes bottes de soldat, que j'affectionne tout particulièrement. Lorsque je marche, il paraît que je le fais comme un chat, silencieusement et gracieusement, mais je ne sais pas si c'était un compliment justifié ou une autre de ces tentatives de drague un peu lourde. J'aime à penser que mes mouvements sont fluides et non pas saccadés comme chez d'autres.

  • Caractéristique psychologique:

    Voici une brève présentation morale. Qu'on pourrait aussi appeler mon "qui suis-je ?"

    Pour établir un rapport entre mon moi et mon corps, on peut dire que si je suis relativement faible physiquement, mentalement je suis la meilleure ! J'ai un mental d'acier que rien ne saurait fléchir. Si je me trouve face à un problème insurmontable, je le surmonte, ou je me meurs (me blesse la plupart du temps) en essayant. Par exemple, si un gros type costaud me dis de me barrer de son chemin, j'essaierais de lui montrer qu'il a pas tous les droits. Après, si je me fais rétamer, c'est pas grave, c'était une question de principe.

    Une de mes qualités pourrait être l'adaptabilité, à moins que ce ne soit mon côté manipulatrice... Je ne sais trop. C'est drôle, j'aurais pas penser que se décrire mentalement était un exercice si difficile... Mais au cas où vous n'auriez pas compris, je ne compte pas abandonner, si j'ai une qualité première, c'est ma persévérance en toute chose. Pas question de laisser tomber, pour quelques raisons que ce soit.

    Je suis aussi passionnée par le monde, que je cherche à comprendre, et j'ai tendance à prendre les choses du bon coté. Je suis guidée par mes sentiments et mes pulsions, ce qui fait de moi une personne généreuse je pense, et honnête. Avec un petit côté casse-cou aussi, admettons-le. Ce côté tête brûlée m'a d'ailleurs déjà valu pas mal d'ennuis... et de récompenses.

    Si j'ai accepté de me plier aux ordres des supérieurs, et c'est uniquement quand leurs instructions sont fondées, je n'aime pas voir d'autres personnes dépendre de moi. S'attacher fait mal, et j'en suis parfaitement consciente. Je suis donc plutôt de nature solitaire, j'accepte de me lier aux gens, je ne resterais jamais dans mon coin, mais j'éviterais de m'attacher trop profondément. Cependant, si un jour j'accepterais de faire une petite place pour quelqu'un d'autre dans mon cœur, je défie quiconque de se mettre en travers de mon chemin !

    Puisqu'il faut être honnête avec soi-même, au-delà de mon caractère légèrement tête brûlée, les rares qui auront accès à mon âme découvriront que je suis désespérée de ne pas avoir trouvé de sens à mon existence. Pour le moment en tout cas, personne n'y a eu jamais accès, étant donné que je n'ai pas encore eu de relation amoureuse sérieuse avec qui que ce soit. C'est pourquoi, après un quart de siècle d'existence, je commence à douter qu'il y en ai véritablement un...

  • Histoire:

    Passons maintenant à ma vie. Je suis née un jour de pluie, en décembre, dans la grande ville froide de New York. Mon père était un médecin new-yorkais, ma mère une attachée de presse britannique au siège des Nations-Unies. Leur rencontre fut totalement due au hasard de la vie. Un an plus tard jour pour jour après leurs rencontre, ils se marièrent. Treize mois plus tard, je naquis.

    Mon enfance fut banale, choyée par mes parents, réussissant sans trop de problèmes mes études, me faisant des amis... Une enfance dorée en somme. Promise à un bel avenir de doctoresse. Jusqu'à la mort de mon père, en octobre. J'avais dix-sept ans. Il pleuvait comme au jour de ma naissance. Et comme au jour de ma naissance, ce fut une nouvelle vie qui commença. Et comme les choses ne se passent jamais deux fois de la même façons, la partie suivante de ma vie fut l'opposée de mon enfance.

    Ma mère sombra dans la dépression. Moi aussi, un temps. Mais au bout de trois semaines d'inaction, je sortis de ma léthargie. Je faisais peur à voir, et je décidais de ne plus jamais tomber dans un tel état une nouvelle fois. Pour ma mère, en revanche, la situation fut radicalement différente de la mienne. Elle refusait d'accepter la mort de mon père. Elle vivait dans un passé permanent, ne reconnaissait plus personne, même pas moi. J'essayais tout pour la ramener à la raison, mais fut finalement placée en famille d’accueil. J'allais la voir tous les week-ends à l'hôpital, mais son état se dégradait de semaines en semaines. Pendant cette période, je m'orientais vers une carrière de médecin, comme mon père. Mais l'état de ma mère devenait de plus en plus préoccupant.

    Bientôt elle ne parla plus, restant prostrée sur son lit, les yeux fixant le vague devant elle. Elle mourut en juin. Je n'assistais pas à son enterrement, près de la tombe de mon père. Dès lors, j'arrêtais mes études et m'engageais dans l'armée sur un coup de tête. Je ne pouvais plus supporter les jérémiades incessantes, les gens plaignant mon sort, alors je partis. J'avais vingt ans. Je fus d'abord engagée dans une unité médicale à cause de mes études de médecine. J'acquis donc une expérience en tant que secouriste, mais je m'aperçus bien vite que voir des blessés à longueur de journée ne me plaisait pas.

    Je demandais donc une ré-affectation dans l'infanterie. Ce qui demanda évidemment un nouvel entraînement complet, durant lequel je dus supporter brimades à cause de mes difficultés physiques, mais je passais les examens avec succès, et fut affectée à une escouade tactique qui a reçu son premier engagement deux mois plus tard. Nous fûmes déployés sur un théâtre d'opération anonyme au Moyen-Orient, lors d'une nouvelle crise pétrolière. J'y fis la connaissance de la Mort, la Véritable Faucheuse, et elle m'enseigna à quel point nos existences pèsent peu dans la balance. Je faillis fuir mon premier engagement, tant la peur dans ces moments-là nous prenait aux tripes. J'y fus légèrement blessée deux fois, et j'obtins mon grade de sergent. Après deux ans là-bas, le gouvernement rapatria ses troupes avant que le situation ne s'enlise, comme lors de tant d'autres guerres. Comme quoi les politiques apprenaient de leurs erreurs, même lentement.

    Notre régiment fut choisi pour assurer la relève dans une base opérationnelle au Japon, et c'est ainsi que je me retrouvais au Pays du Soleil Levant, dans une de ces bases gigantesques, remplies de casernes, hangars, champs d'entraînements et autre mess comme seule l'efficacité américaine sait le faire. Nous n'effectuions pas beaucoup de sorties, notre présence était principalement symbolique. De temps en temps, nous nous rendions en patrouille dans la ville voisine, Tokunosu. C'était des moments particulièrement motivants, la population locale étant très sociable. C'était radicalement différent des villes du Moyen-Orient, où les locaux étaient dans le meilleurs des cas craintifs, dans le pire radicalement hostiles, nous obligeant à surveiller chaque ruelle de nos fusils. J'apprenais des bouts de japonais, consacrant mon temps libre à la base pour en apprendre davantage.

    En janvier, je fus mise à la tête d'une escouade de quatre soldats, trois hommes et une femme. Le Commandement a demandé au capitaine du régiment de former ce genre d'escouade tactique en prévision d'une nouvelle affectation l'an prochain. J'aime bien mes soldats. Un est le prototype parfait du soldat, qui obéit sans jamais poser de question, la femme une émérite tireuse d'élite, un autre un soldat typiquement polyvalent, et le dernier est notre expert en armes lourdes. Le seul désavantage ? Ce sont des bleus, et ils sont trop jeunes. Pour le moment, ils réagissent bien, mais j'aurais du boulot pendant une année afin de les endurcir...






Vous la joueuse




  • Votre age IRL 19
  • Quel est le nom du personnage de votre avatar:
  • Comment avez vous connu le forum?Un Top Site, quand à savoir lequel...
  • Première impression?Enfin un forum de zombie qui parle pas de Resident Evil ! x)
  • Des suggestions pour l'améliorer? Ben... non.
  • Avez vous lu le règlement?Validay par la mangeuse de sucettes au citron


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lyla Fall, au rapport ! [fini, sauf l'avatar]   Sam 10 Déc - 14:01

J'avoue j'aime !
Il y a quelques fautes qui seraient corrigeables mais rien de bien embêtant.

Du coup, tu as ma première validation

Bonne chance pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
Hayate Totchimaru

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 24
Localisation : Partout est nul part a la fois.

Feuille de personnage
Âge virtuel: 17
Style de Survie: En Groupe

MessageSujet: Re: Lyla Fall, au rapport ! [fini, sauf l'avatar]   Sam 10 Déc - 23:06

Très très belle fiche, tout comme ma collègue, j'aime beaucoup, même si il y a quelque fautes qui peuvent être corrigé, vue le travail occasionné, je pense que les fautes présente sont réellement facultatif, mais a ton aise si tu souhaite y remédier.

Le Majordome te donne sa seconde validation et te souhaite bonne chance, a toi, tu va en avoir besoin, pour évité d'être transformé en steak a zombie.

Hellcome a toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lyla Fall, au rapport ! [fini, sauf l'avatar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lyla Fall, au rapport ! [fini, sauf l'avatar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shikasuke Saito, au rapport ! [fini]
» Kamikasu Tsukiya || Feelin you, Fall in love. || FINI
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Hors RP :: Matricule des Victimes :: Forces de l'Ordre-
Sauter vers: