CalendrierFAQRechercherAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Dim 25 Mar - 4:17

La sonnerie résonna dans l'appartement plongé dans le noir, insistante, troublant le silence nocturne. Des deux personnes présentes dans le lit, elle fut la plus prompt à réagir. D'un geste rapide elle écarta les couvertures, laissant la fraicheur de la pièce caresser sa peau, son regard se posant sur le radio-réveil alors que sa main se saisissait du combiné. 5h06 du matin, pour qu'on les appelle à une telle heure, cela devait être grave.

L’échange fut bref, et laissa à Hidasaku le temps de finir d'émerger du bref sommeil qui leur avait été accordé. Elle lui résuma rapidement la situation, tout en commençant à s'habiller. On allait passer les prendre en fourgon devant leur immeuble dans moins de 10 minutes, c'était l'essentiel de ce que son interlocuteur lui avait dévoilé, ce qui leur laissait amplement le temps d'enfiler leurs uniformes. Ce qu'ils firent, avant de se hâter pour rejoindre la rue, dévalant quatre à quatre les étroits escaliers qui traversaient verticalement leur bâtiment.

Si tôt arrivés dans la rue, une fourgonnette pilait devant eux, une de ses portières s'ouvrant en coulissant, un claquement métallique signalant fort harmonieusement la fin de la course de cette dernière. Dans le véhicule, 6 autres membres des forces d'Auto-Défense attendaient déjà, parés au déploiement. Définitivement, il se passait quelque chose d'important.

Une fois installés à bord, une arme leur fut confiée à chacun, ainsi que les 4 chargeurs allant avec, tout avait été prévu visiblement. Elle prit le temps d'examiner le fusil Type 89 qu'elle avait entre les mains, en écoutant les explications que leur donnait leur officier supérieur.

"Si on fait appel à nous, c'est parce que les forces de police sont actuellement débordées. Il semblerait qu'une sorte d'épidémie ai causé des mouvements de panique dans toute la ville. En bref ils sont trop occupés pour s'occuper du cas qui nous intéresse."
Les soldats se regardèrent, se contenant d’échanges brefs de regards perplexe, sans faire aucun commentaire.
"Nous nous rendons dans un musée, il semblerait qu'ils aient un problème avec des ouvriers qui étaient chargés de rénover une des ailes du rez de chaussée. Il y a eu des morts. Ces ouvriers semblent avoir été atteint d'une hystérie collective."
Tous hochèrent de la tête, manifestant leur compréhension de la situation, et le trajet s'acheva dans un silence mortel, troublé uniquement par les bruits de moteur et les répercussions des diverses irrégularités de la route.


Le musée était plongé dans le noir. Ils avaient pu y entrer sans mal, la grande porte d'entrée était restée grande ouverte. Nulle trace de la personne qui avait envoyé la demande d'aide, tout semblait désert, mort.
Ils avançaient dans le grand hall, disposés en demi cercle, les faisceaux de leur lampes balayaient les environs, jetant sur les murs des ombres changeantes. Leur pas résonnaient entre les murs décorés de marbres et les fausses colonnes ornementales. Lentement ils progressaient vers la fameuse aile en rénovation, un panneau informant les aimables visiteurs de l’inaccessibilité de cette section gisait sur le sol, renversé, devant la porte à double battant, fermée.
L'officier leur demanda s'ils étaient prêts, une série de "Prêts", grésillants du fait de leur transmission par communication radio, lui répondirent. Il s'avança, et poussa prudemment la porte, afin de dévoiler ce qui se trouvait de l'autre côté.

Les lumières se reflétèrent sur le sang qui maculait le sol, puis firent se découper des silhouettes sombres, il y en avait au moins une vingtaine. Ils étaient éparpillés sans organisation précise dans le large couloir, ils erraient de façon aléatoire. Quand un des faisceau lumineux les balaya, ils s'immobilisèrent, se tournant comme un seul homme vers la source de lumière.
Dans l'obscurité et la piètre luminosité offerte par les lampes tactiques fixées sous leur armes, il était difficile de distinguer leur traits, mais leur pâleur était choquante, ainsi que leur expression, vide. Comme des drogués à la limite de l'overdose.

Elle ne pouvait écarter sa lampe du plus proches d'entre eux. Il lui semblait que ses yeux vides la fixaient elle, exclusivement. Tétanisée, alors que son esprit s'efforçait de donner une raison logique à cette attitude inhumaine qui était celle de l'individu face à elle, elle ne vit pas les autres êtres s'avancer vers eux. Elle n'entendit pas le cri d'alerte de ses coéquipiers qui avaient réalisé que d'autres hommes les avaient contournés et se trouvaient dans leur dos. Ce fut la détonation du premier coup de feu qui l'arracha à sa torpeur.

En une fraction de seconde elle prit conscience de ce qui se passait autours d'elle, et le monde bascula dans un chaos total, les ordres puis les cris d'horreur la submergèrent par son oreillette, mais elle n'osait détacher une de ses mains de son arme pour l'arracher. Elle eu le temps de voir un des hommes de son équipe s'effondrer, submergés par trois de ces individus, avant qu'une balle perdue ne la touche au flanc. Le choc la jeta au sol, heureusement son gilet pare-balle avait joué son rôle, absorbant la majorité de l'énergie cinétique générée par le projectile, mais elle avait le souffle coupé, et une vive douleur irradiait du point d'impact.
Son regard volait d'un point à l'autre, elle y voyait ces... choses, recevoir balles sur balles, sans même émettre un cri de douleur, elle voyait ses collègues, reculer, fuir ou ployer sous le nombre. Une main se saisit de son avant-bras, la remettant de force sur ses pieds. Elle tourna son regard vers la personne à qui ce dernier appartenait. Hidasaku. La vue de son visage lui remis soudainement les idées en places. Elle lui cria qu'ils devaient fuir d'ici, mais les détonations couvrirent sa voix. Il avait quand même compris. Sans lâcher son bras il s'élança vers les escaliers qui menaient aux étages supérieurs, elle s'éforça de se maintenir à son allure, sans oser regarder derrière, tandis que dans l'oreillette les derniers cris d'agonie se muaient en des gargouillis inintelligibles...

Ils étaient montés aussi haut qu'ils avaient pu. La peur et l'adrénaline leur fournissant une inépuisable réserve d'énergie. Ils franchirent une grande porte, et empilèrent derrière elle ce qu'ils purent trouver, bancs, présentoirs. Tout ce qui pouvait les préserver de leur poursuivants fut mis à profit. Finalement, à bout de souffle, elle se laissa glisser le long d'une parois, jusqu'à se retrouver assise au pied de cette dernière.

Son regard se promena sur les vitrines qui les entouraient, la lumière lunaire qui s'infiltrait par les grandes baies vitrés se reflétait sur les katanas que contenait ces dernières.
Finalement elle déglutit péniblement, et prit la parole :


"Qu'est ce que.... c'était que ça...?"



Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Dim 25 Mar - 14:42

Les évènements avaient basculé si vite, il n’avait pas encore eu le temps de réaliser l’affreuse réalité, il n’arrivait pas à croire aux choses qu’il venait de voir, à ces êtres désarticulés se déplaçant comme les marionnettes d’un théâtre macabre. Pourtant, elles étaient là, en bas, en train de dévorer la chair de ceux qui furent les membres de son équipe. Comment une telle chose était possible ? Il n’en savait rien et pour l’instant, ça n’avait que peu d’importance, eux deux n’étaient pas morts, c’était la seule chose qui importait vraiment.

Itamune se laissa glisser le long du mur, avant de s’asseoir contre, la pauvre devait au moins être aussi effrayée et décontenancée que lui. C’est pour cela qu’il ne devait pas montrer la terreur qui le submerger, pour elle, pour son bien.


"Qu'est-ce que.... c'était que ça...?"

Il balaya la pièce avec sa lampe torche, s’assurant de la sécurité de cette dernière, si une de ces créatures était ici, mieux valait le savoir rapidement. Il essaya de paraître le plus calme possible, faisant mine d’avoir la situation bien en main.

‘‘Je ne sais pas. Mais aucune de ces… choses n’est dans la pièce.''

Le 3ème étage du musée était rempli de diverses armes et armures, cette salle devait être dédiée à une époque particulièrement marquante pour la classe guerrière japonaise. Tout était bien rangé, pas une seule trace de sang, pas l’ombre d’un mouvement. Il lâcha un soupir de soulagement, voilà qui était rassurant, au moins, ici, ils étaient en sécurité... Pendant un temps, du moins ; la barricade de fortune qui bloquait la porte ne tiendrait pas longtemps si ces monstres venaient à vouloir venir en apprendre plus sur les arts guerriers du Japon.

Hidasaku s’appuya contre le mur, aux côtés d’Itamune, essayant de regrouper les vagues et terrifiants souvenirs de ce qu’ils avaient vécu au rez-de-chaussée…
Peut-être était-ce le fait d’un nouveau virus, d’une attaque bactériologique, une nouvelle fièvre venue des pays occidentaux. Quoi qu’il en soit, ça rendait les gens fous et violents et d’après le briefing du chef d’escouade, ça ne serait pas un cas isolé vu que même les forces de police sont surmenées. En d’autres termes, ce qui vient de se passer avec les ouvriers et notre équipe se déroule dans toute la ville… Et ça, ce n’était pas rassurant.

‘’Attendons encore un peu, puis, contactons le QG, peut-être qu’ils pourront nous en dire plus, ou même nous envoyer des renforts. Pour l’instant, nous sommes en sécurité, faisons le moins de bruit possible et tentons de rester calmes. Tout ira bien, je te le promets.’’

Il aimerait bien croire en ses propres paroles, seulement, c’est une évidence que le QG n’enverra pas plus d’hommes à l’abattoir et risquera encore moins de divulguer des informations qui doivent être confidentielles, néanmoins, il ne sert à rien d’inquiéter encore plus Itamune. Il se laissa lui aussi glisser contre le mur, pour s’asseoir à ses côtés.

D’un mouvement machinal, et sûrement pour se rassurer, il vérifia l’embrayage de son fusil et que son chargeur fut encore assez plein pour pouvoir se défendre… En cas ou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Dim 25 Mar - 17:18

Elle se contenta de hocher la tête en retour. Sa présence était bien plus rassurante que toutes les paroles du monde.
Son flanc restait douloureux, mais elle n'avait pas envie d'ôter son gilet pour constater les dégâts, à l'instar de son arme, ce dernier lui conférait une certaine impression de protection, qui était des plus bienvenue en cet instant troublé. Elle s'en tirerait sûrement avec une sacrée ecchymose, du moins elle l’espérait, priant pour qu'aucune de ses côtes n'ai fait les frais de cette rencontre imprévue avec une balle.

Son regard se posa d'abord sur la barricade sommaire. Il lui semblait inconcevable qu'un simple amoncellement d'objets puisse suffire à arrêter un groupe d'individus fermement décidés à passer la porte, mais cela devrait faire l'affaire. Puis ses yeux se fixèrent sur les grandes baies vitrées qui donnaient sur l'extérieur. Elle entrevoyait depuis son mur le ciel qui se teintait d'une couleur plus claire, le soleil ne devrait plus tarder à se lever maintenant.

Elle se redressa en s'aidant du mur, avant d'avancer à pas incertains vers l'ouverture vitrée, appuyant sa main sur le verre alors qu'elle se penchait pour regarder les rues alentours. Le frisson de frayeur la traversa comme une décharge électrique, faisant crisser le cuir de son gant sur la surface lisse. D'abord elle cru que c'était ceux du musée qui s'étaient dispersés dans les rues, faute de victimes à l’intérieur, mais elle réalisa bien vite qu'ils étaient beaucoup trop nombreux pour ça.
Ils étaient des dizaines et des dizaines, déambulant entre les véhicules garés, tantôt au milieu de la route, ou sur le trottoir, semblant indifférents à leur environnement, se bornant à marcher sans but.

Elle préféra s'arracher à cette contemplation, qui n'avait d'autre effet que faire naitre au fond d'elle un insidieux sentiment de désespoir. Après un dernier regard vers l'obscurité dans laquelle était plongé le prolongement de cette aile du Musée, ce afin de s'assurer des paroles de Hidasaku, elle s'en retourna vers ce dernier. Restant debout pour s'épargner un mouvement inutilement douloureux.


"Il y a plein d'autres dehors. Beaucoup plus qu'en bas... Et je ne pense pas que ça soient les mêmes. "


Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Lun 26 Mar - 0:26

"Il y a plein d'autres dehors. Beaucoup plus qu'en bas... Et je ne pense pas que ça soient les mêmes. "

Alors, c’était pire que tout ce qu’il avait pu imaginer, tout ça allait beaucoup trop vite… Il n-y-avait plus une seconde à perdre, ils devaient sécuriser le musée, et rapidement.

Hidasaku se leva d’un bond et se mit à parcourir les allées, examinant le contenue de chacune des vitrines.


‘’Itamune, il faut absolument sécuriser le musée, si les autres parviennent à pénétrer à l’intérieur, nous n’avons aucune chance. Nous allons descendre, et vider le musée étages après étages, nous bloquerons chacune des entrées et des fenêtres, après quoi, nous appellerons le QG pour recevoir nos prochaines instructions et préparer notre sortie.’’


Il s’arrêta devant le présentoir d’un katana. Celui-ci devait être récemment exposé, vu qu’il ne comportait aucune indication d’époque, c’est sûrement ce manque d’information qui attira le regard d’Hidasaku. Il brisa la glace à l’aide de la crosse de son fusil, essayant de provoquer le moins de bruit possible… Aucune alarme ne se déclencha, ce fut la première chose qui le surprit… Cela voulait donc dire que le bâtiment n’avait plus d’électricité, mauvaise nouvelle.


Il se saisit de l’arme avec précaution, après avoir rangé son fusil dans sa bandoulière. Le manche de l’arme était particulièrement travaillé, la prise en main excellente, une véritable arme de samouraï, parfaite pour le contact, en somme. Après quelques rapides moulinets, il fixa le sabre à sa ceinture, s’assurant de pouvoir le dégainer à tout moment, quel que soit sa position.


‘’Bien. Recharge une dernière fois, vérifie que tout fonctionne parfaitement sur ton fusil et fixe ta lampe torche dessus. Nous allons descendre les escaliers en formation serrée, vérifiant les étages un à un, je ne pense pas qu’on rencontrera quoi que ce soit avant le rez-de-chaussée, néanmoins, il faut savoir être prudent. Une fois en bas, nous resterons dans la cage d’escalier et nous attendrons qu’ils viennent à nous. S’ils s’approchent trop, je pourrais m’en occuper avec le katana. Après en avoir éliminé le plus grand nombre, il faudra effectuer un déplacement rapide vers la porte d’entrée afin de la bloquer, on ne pourra pas combattre ceux qui se trouvent dehors. Une fois ceci fait, il faudra trouver un moyen de rétablir le courant pour lancer la fermeture automatique des fenêtres, et avoir de la lumière. Je sais, c’est risqué, mais nous n’avons pas le choix. Compris ?’’


Il s’équipa de son fusil, observant Itamune du regard le plus convaincant possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Lun 26 Mar - 3:32

Elle l'écouta énoncer son plan, hochant la tête par intermittence, manifestant son approbation silencieuse. Une fois qu'il eu finit, elle se détacha du mur, et s'efforça de masquer son appréhension.

"Compris"

Elle fit coulisser la culasse de son fusil d'un geste sec, puis mis son arme en mode semi-automatique d'un mouvement du pouce. Raffermissant sa prise sur son arme pour en réprouver le rassurant contact métallique au creux de sa paume, elle se mit face à leur barricade de fortune. Une voix au fond d'elle lui criait de ne pas l'enlever, et de laisser cette porte fermée, quoiqu'il arrive. Mais ils ne pouvaient s'éterniser dans cette partie du Musée, il fallait qu'ils sortent, qu'ils se rallient aux autres unités de la force d'Auto-défense... Et surtout qu'ils trouvent quelqu'un capable d'expliquer ce chaos.

Son oreillette n'émettait qu'un vague grésillement de fond, plus aucune voix n'y résonnait, plus aucun cri non-plus. Il lui était impossible de dire si elle préférait ce silence pesant ou le vacarme qui l'avait précédé. Elle avait encore des frissons alors que les hurlements d'agonie de ses coéquipiers résonnaient encore à ses oreilles. Préférant diriger ses pensées ailleurs, elle se saisit d'un banc, et le traina dans un coin, entama le déblocage de la porte qui avait, il y a peu de temps, incarné leur salut.

Toute à son ouvrage, elle tâchait de taire la douleur, et se concentrer sur les sons qu'elle pourrait éventuellement percevoir, venant de l'autre côté du lourd battant de bois et aluminium, mais rien ne lui parvenait. Une fois encore, seul le silence était offert à ses oreilles, parfois perturbé par le raclement des lourds objets qu'elle manipulait.


"Tu crois que c'est ça les fameux mouvements de panique dont ils parlaient... Cette épidémie ? Une maladie qui rendrait les gens fous ?"

Elle fut frappé du fait qu'elle n'avait pas fait le rapprochement plus tôt... Mais si cela avait eu une ampleur suffisante pour mobiliser l'entièreté des forces de police de la ville, cela n'augurait rien de bon quand à leur éventuel avenir...


Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Lun 26 Mar - 20:04

"Tu crois que c'est ça les fameux mouvements de panique dont ils parlaient... Cette épidémie ? Une maladie qui rendrait les gens fous ?"

Il aida Itamune à dégager la porte, déplaçant les objets qui l’encombraient.

‘’Ça me semble évident, oui. Peut-être quelque chose comme la rage, mais en plus violent et virulent.’’

Une fois la barricade retirée, il s’accorda avec sa coéquipière et ouvrit la porte le plus silencieusement possible. Grâce à la lumière de sa lampe torche, il put rapidement savoir qu’il n-y-avait rien à craindre pour l’instant. À gauche, les escaliers descendaient, s’enfonçant peu à peu dans les méandres obscurs du musée plongé dans les ténèbres... Hidasaku déglutit à l’idée de devoir les descendre et prendre le risque de croiser une de ces choses dans un endroit aussi exigu. C’est alors qu’il remarqua la porte de l’ascenseur qui se trouvait face à eux, et une idée lui vint aussitôt.

‘’Et si on passait par là ? On minimiserait les risques de tomber sur eux dans les escaliers.’’

Il n’attendit pas sa réponse, et retourna dans la salle d’exposition, en quête d’un objet assez fin et résistant pour pouvoir forcer l’entrée de l’ascenseur. Il trouva un nagamaki, ça qui ferait parfaitement l’affaire. À peine de retour, il glissa la lame de l’arme dans la fente qui séparait la porte double de l’ascenseur, forçant de plus en plus pour pouvoir au fil du temps, insérer la partie épaisse du sabre et ce faisant, assez entre-ouvrir la porte et glisser le nagamaki en diagonale afin de la bloquer.
Après quelques efforts, ce fut chose faite et l’ascenseur ouvert, il ne restait plus qu’à entamer la descente et affronter les créatures du rez-de-chaussée qui devaient être impatientes de se repaitre de la chair fraiche qu’ils avaient aperçue auparavant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Lun 26 Mar - 22:15

‘’Et si on passait par là ? On minimiserait les risques de tomber sur eux dans les escaliers.’’

Elle le laissa faire, visiblement il avait son idée sur comment parvenir à ses fins, et elle ne fut pas déçue. Il avait mis la main sur une antique arme d'hast qui semblait faire un cale, certes peu glorifiant pour l'objet, mais des plus pratiques.
Braquant son arme par l'ouverture ainsi ménagée, elle balaya du faisceau lumineux la cage d'ascenseur plongée dans le noir. Elle eut tout le loisir de contempler ainsi les câblages graisseux, les parois gris sale, et l’échelle de service, objet de sa recherche. Par acquis de conscience elle chercha à situer la position de la cabine d'ascenseur, éclairant alternativement en haut et en bas. Cette dernière se révéla être à l'arrêt bien plus bas, sûrement au niveau du sous-sol. Elle resserra la sangle de son arme, avant de la faire passer dans son dos.


"Bien, faisons cela... Je passe la première."

Il lui fallait refouler cette peur qui ne la lâchait pas, et cela passait par prendre quelques initiatives. Gardant une main fermement accrochée à un des montant de la porte, elle se pencha dans la cage d'ascenseur, s'étirant au maximum pour saisir un des barreaux de l’échelle tant convoitée. Une fois assurée de la bonne fixation de cette dernière au mur, son corps rejoint sa main, méthodiquement, frémissant à chaque grincement métallique.
Finalement elle pu descendre quelques barreaux, tout semblait tenir bon. Elle releva le visage vers Hidasaku.


"On peut y aller, c'est du solide."

Puis elle attendit qu'il la rejoigne sur l’échelle avant de poursuivre la descente. Elle préférait éviter de porter son regard en bas entretemps, la chute promise par le puits bétonné n'était pas de celles qui pardonnaient.



Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Mar 27 Mar - 3:29

"On peut y aller, c'est du solide."

Alors, ils se mirent à descendre dans ce qui semblait être la première strate des neuf enfers, les prémices d’une horreur à la frontière du réel… Les faisceaux tremblotants des lampes torches des deux survivants n’osaient pas s’aventurer jusqu’aux profondeurs de la cage d’ascenseur, comme si la lumière même avait peur de ce qui se campait dans les ombres de ce musée.

À mesure de la descente, Hidasaku sentait son cœur battre de plus en plus, comme s’il insistait pour qu’il remonte, là, maintenant, qu’il retourne au 3ème étage derrière la barricade qui bloquait la porte, de se rouler en boule dans un coin et de ne plus jamais bouger. Cependant, il n’allait pas l’écouter, non, il allait affronter ces abominations.

L’échelle descendait jusqu’au toit de la cabine de l’ascenseur qui était bloqué au sous-sol, laissant la porte du rez-de-chaussée au dessus d’eux, elle était fermée. Comment n’avait-il pas pensé à ça ? C’était pourtant évident, il aurait emporté un second nagamaki, enfin, c’était trop tard, il allait devoir forcer l’entrée avec ses mains. L’exercice s’annonçait particulièrement périlleux, vu que la porte n’était pas exactement en face, mais à bien deux mètres au dessus de la cabine. Plaçant sa lampe torche dans sa bouche, Hidasaku trouva rapidement une solution : devant ladite entrée, se trouvait une petite corniche, assez large pour s’y hisser et assez spacieuse pour s’y tenir à peu près correctement.

Alors, il grimpa sans trop d’effort devant la double porte de l’ascenseur, mais pour s’y tenir, ce n’était pas aussi simple ; il dut se maintenir d’une main à une paroi proche, tout en forçant un seul côté de la porte d’un unique bras. C’est au prix d’un effort des plus éreintants qu’il réussit à faire glisser la porte dans un crissement abominable... Dévoilant la vision cauchemardesque des pires craintes d’Hidasaku ; juste devant lui était plantée une de ces créatures. Un homme au visage ensanglanté et aux yeux vitreux, de sa bouche grande ouverte coulait un filet de bave rougeâtre qui se répandait à l’intérieur de son torse déchiqueté, s’enroulant autour d’une côte fendue, avant de disparaitre dans les méandres de son corps spongieux et suintant de sang.

Hidasaku lâcha sa prise, et la porte se ferma aussitôt dans un claquement métallique. Il descendit calmement de la corniche pour de nouveau faire face à sa compagne.


‘’On passe par le sous-sol.’’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Mar 27 Mar - 3:51

Le son métallique des portes d'ascenseurs se refermant avec violence la fit sursauter, avant de se perdre en un écho dans l'étroite cage d'ascenseur, se répercutant entre les parois bétonnées de cette dernière.

‘’On passe par le sous-sol.’’

Quoiqu'il ai vu derrière cette porte, cela devait être particulièrement dissuasif, aussi elle n'insista pas.

"Bien"

Elle repris sa lente descente, barreau après barreau, fort heureusement cette dernière pris rapidement fin. En effet la cabine d'ascenseur ne se trouvait que quelques mètres en contrebas. Poser ses pieds sur une surface à peu près plane et solide avait quelque chose plaisant après une descente quatre étages suspendue à une échelle. Elle fit jouer ses doigts pour les soulager du début d'engourdissement qui avait commencé à les gagner.

Elle s'accroupit et laissa glisser ses mains sur la surface métallique, jusqu'à trouver ce qu'elle cherchait. A tâtons elle passa deux de ses doigts dans le petit espace ménagé sous une barre métallique, servant à relever la trappe de service de l’ascenseur, soulevant sans effort cette dernière. Elle se saisit de sa lampe et éclaira l’intérieur de la cabine, l'assurant de son inoccupation, avant de saisir les bords de l'ouverture et se laisser souplement tomber à l’intérieur. La réception se fit, deux mètres plus bas, presque sans un bruit, la moquette recouvrant le sol ayant absorbé la majeure partie du son émis par ses bottes quand ces dernières vinrent à la rencontre de sa surface.

Ayant plié les genoux pour minimiser l'impact, elle se redressa pour se retrouver nez à nez avec une paire de portes métalliques, sur lesquelles sa lampe projetait un cercle quasi-parfait de lumière. Sans attendre que son compagnon la rejoigne, elle glissa sa lampe entre ses dents avant de glisser ses doigts fins entre les deux panneaux de métal, forçant pour les écarter. Cela dévoila, à la faveur de la lumière tremblotante, un couloir sobre aux murs peint en blanc, vide.

Rassurée, elle s'adossa sur une des portes, posant sa botte sur l'autre, pour en maintenir l'ouverture avec de moindres efforts.


"La voie est libre"

Elle avait parlé assez fort pour que Hidasaku l'entende, mais en modérant tout de même sa voix, comme sa prudence lui criait de faire.


Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Jeu 29 Mar - 0:27

‘’La voie est libre.’’

Il se faufila au-dessus de la jambe d’Itamune, pénétrant dans le long couloir du sous-sol. La propreté des lieux avait quelque chose de malsain, Hidasaku détestait l’affreuse manie qu’avaient les Japonais de toujours vouloir atteindre un niveau de stérilité maximale, de tout aseptiser… Ce n’était pas le moment de penser à ça, il fallait rapidement trouver les fusibles pour rétablir le courant et donc, la lumière. Mais dans cet endroit qui détenait la promesse d’une clarté prochaine, les portes étaient légion, laquelle fallait-il prendre pour tomber sur le tableau électrique ? Il n’en avait aucune idée, et par manque d’indication, il décida d’en ouvrir une, au hasard…

À peine la porte ouverte, il balaya la pièce des faisceaux salvateurs de sa lampe torche, pour découvrir avec déception, qu’il venait d’entrer dans la salle des archives ; un véritable labyrinthe d’étagères bourrées à ras bord de dossiers, de livres, de documents en vrac… Mais pas de créatures dans les environs, enfin, pas dans l’immédiat en tout cas. La salle était vaste, mais d’après ce qu’il avait vu et entendu, il-n-y-avait rien à craindre.

Il fit signe à Itamune qu’ils pouvaient avancer, et ainsi, ils progressèrent dans ce dédale d’acier et de papiers officiels, jusqu’à trouver par le plus grand des hasards, une porte marquée par le symbole ‘’Attention, danger de mort !’’. Quelle ironie.

Il entra donc dans la pièce avec précaution, celle-ci était beaucoup moins vaste que la salle des archives, et c’est sans mal qu’il trouva le panneau électrique… Qui n’avait pas de fusibles. Pourquoi ? Il n’en savait rien, et ça ne l’intéressait pas, tout ce qu’il voulait, c’était rallumer cette foutue lumière, il n’en pouvait plus de progresser seulement éclairé par le faible rayon de sa lampe torche.

‘’Jette un œil au panneau, je vais voir si je trouve des fusibles.’’

Seulement, depuis la salle des archives, quelque chose avait repéré la présence des deux soldats… Et ce quelque chose les avait suivis, en silence, s’immisçant peu à peu à leur suite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Jeu 29 Mar - 0:51

La salle des archives avait quelque chose d’inquiétant... Tout ces casiers métalliques bloquaient leur champs de vision, et ce genre d'endroit avait quelque chose de malsain en temps normal. Alors dans leur situation... Finalement ils trouvèrent, par chance, la salle qu'ils recherchaient.

‘’Jette un œil au panneau, je vais voir si je trouve des fusibles.’’

Elle s'approcha du-dit panneau électrique, l'examinant rapidement à la lueur de sa lampe-torche. Les fusibles en avaient étés retirés, et c'était un acte clairement volontaire. Mais qui aurait bien pu faire ça ? Et pour quelle raison ? Car sans ces fusibles l'ascenseur ne fonctionnait plus, ce qui voulais dire que cette personne était encore dans le sous-sol, avec eux...

Un frottement dans son dos l'arracha à ses réflexions et elle fit volte-face. Ce qu'elle vit lui fit écarquiller les yeux, elle prit une grande inspiration mais son souffle resta bloqué dans sa gorge, la réduisant au silence.
C'était un homme, même s'il était difficile de le considérer comme appartenant encore à l'espèce humaine... Il était de taille moyenne, d'un âge avancé, et portait une longue blouse blanche. Sur son torse un badge épinglé donnait son nom mais elle ne pris pas le temps de le lire. Son regard vide la fixait derrière une paire de petites lunettes dont un des verres était fissuré, plus bas sa bouche béait dévoilant une dentition irrégulière, noircie par le tabac, rougie par le sang... La peau de son crâne dégarni pelait par lanières, lui faisait une macabre chevelure pour remplacer celle qu'il avait perdu depuis des années, laissait clairement visible en son centre l'os crânien, luisant sous la lueur de la lampe qu'elle braquait sur lui.
Il tendit vers elle une main décharnés dont les doigts n'étaient plus qu'un assemblages de tendons et d'os sanguinolents, un alliance ornait encore un de ses doigts. Elle ne tombait pas de ce dernier pour la simple et bonne raison qu'elle s'était prise dans un morceau de chair encore attachée au doigt.

Son fusil était encore dans son dos, et le temps qu'elle s'en saisisse il serait trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Jeu 29 Mar - 1:58

Il y avait des boites un peu partout, ça allait prendre du temps de toutes les fouiller pour trouver les fusibles, maudits Japonais ! Quand il s’agit de laver et de nettoyer jusqu’à l’excès, ils n’ont aucun problème, mais alors, quand il faut… Une brusque inspiration.

Hidasaku se retourna et c’est avec effroi qu’il découvrit Itamune aux prises avec une créature. Le monstre était beaucoup trop proche pour qu’elle puisse se dégager ou dégainer. Déjà l’abomination tendait l’une de ses mains ensanglantées vers elle… Il fallait agir, et vite.


‘’Baisse-toi !’’

Il bondit en avant et dans un mouvement vif, dégaina son katana pour le saisir à deux mains… Il était temps de savoir si les années à pratiquer le Kendo allaient enfin lui être utiles. Itamune s’étant abaissée, il exécuta alors un geste sec et rapide, de gauche à droite, ne laissant pas le temps à la chose de réagir.

Le chuintement de l’acier tranchant la chair fit vibrer les oreilles d’Hidasaku, mais pas autant que celui de son katana s’enfonçant dans le panneau électrique. La première chose à laquelle il pensa suite au coup qui décapita le monstre, fut qu’ils n’allaient pas avoir droit à la lumière tant désirée, qu’ils allaient devoir rester dans le noir, entourés par ces prédateurs silencieux qui ne semblaient animés que dans l’unique but de mettre fin à nos jours, une nuit cauchemardesque qui donnait l’impression que quoi qu’il arrive, le jour ne reviendrait jamais.

Il ne se soucia pas de sa compagne, il était persuadé qu’elle allait bien, alors, il effectua un mouvement circulaire pour s’assurer qu’il-n-y n’en avait pas d’autre, visiblement, celui-ci était seul, mais il préférait rester sur ses gardes. Il rangea son katana pour dégainer son fusil type 89, surveillant l’entrée de la salle.


‘’Rien de cassé ?’’

Il préférait quand même vérifier que tout allait bien, on ne sait jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Jeu 29 Mar - 2:22

‘’Baisse-toi !’’

L'habitude d'obéir aux injonctions pris brusquement le dessus. Mais un mouvement nécessitant un minimum de coordination était trop demander sur l'instant, alors elle tomba au sol, ses fesses heurtant douloureusement ce dernier.
En levant les yeux elle pu apercevoir l'éclat de la lame qui traversa le cou du zombie avant d'aller fracasser le panneau électrique, la tête se détacha du corps en projetant des petits jets sanglants, atterrissant entre ses jambes, où elle roule sur le côté, fixant un de ses mollets.

La mâchoire fut agitée de soubresauts, se refermant sur le vide tandis qu'encore plus de sang s'écoula entre les dents serrées du crâne saisi par ce qui semblait être une mort bien définitive. Elle fixa cette scène en silence, tandis que le corps s'effondra en arrière après un long frémissement qui agita ses membres. Finalement elle expira, soulagée.

Elle leva un regard reconnaissant sur Hidasaku.


‘’Rien de cassé ?’’

Il avait empoigné son arme, le regard tourné vers l'entrée de la pièce, d'où rien d'autre ne semblait décidé à surgir. Elle se releva.

"Rien... Ça va. Merci."

Un regard vers les restes du tableau électrique l'assura qu'ils ne pourraient rien tirer de cet objet brisé. Ils avaient fait tout ça pour rien. Ses yeux s’abaissèrent sur le cadavre. "Kunishimo Sanehaya", suivit de la mention "responsable des archives", indiquait le badge.

"Je crois que c'est lui qui a retiré les fusibles... Je n'arrive pas à savoir pourquoi... Mais il n'y a pas d'autre explication à sa présence alors que l'ascenseur est bloqué par l'absence de courant... Peut-être voulait-il se cacher de quelque chose..."

Ou protéger le reste du monde de lui, de ce qu'il était devenu... Les gens voyaient-ils venir la chose ? Ce... Changement était-il progressif ? Si tel était le cas elle n'osait imaginer quel avait pu être le calvaire de cet homme.

"Partons d'ici, il n'y a plus rien à faire"


Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Jeu 29 Mar - 21:31

"Partons d'ici, il n'y a plus rien à faire"

Effectivement, il fallait remonter au rez-de-chaussée, là où Ils se cachent… Tout aurait été plus simple si cet archiviste n’avait pas décidé de s’enfermer ici.

C’est sans difficulté et sans la moindre embuche qu’Hidasaku put trouver l’escalier, il se trouvait effectivement à côté de l’ascenseur. Il n’avait pas envie de monter, il n’avait pas envie de devoir affronter la horde de monstres qui erraient à l’étage supérieur… Enfin, ce n’est pas comme s’il avait le choix.

Il fit signe à Itamune de faire le moins de bruit possible, et tendit l’oreille. Après plusieurs secondes d’attentes, il détermina que rien ne se trouvait dans les escaliers, et ainsi, il commença leur ascension. Mais c’est lorsqu’il ne restait plus que quelques marches avant d’atteindre le couloir précédent le rez-de-chaussée qu’il entendit les premiers grognements. Ils n’avaient pas bougé, ils étaient toujours là, à attendre.

D’après les souvenirs confus de l’attaque de la soirée, il en comptait sept. Ce n’était pas insurmontable, il suffirait d’agir vite et bien. Mais ces choses n’avaient rien de commun, et les tactiques classiques d’assaut ne s’appliquaient pas à eux, simplement parce qu’ils n’agissaient pas comme des humains, ils agissaient comme… Il ne savait même pas comment ils fonctionnaient, tout ce qu’il pouvait dire, c’était que ces monstres voulaient les tuer. Il allait donc falloir agir sans connaitre l’ennemi, et il-n-y-avait rien de plus dangereux que procéder ainsi.

De la théorie, il fallait passer à la pratique. Il s’assura que tout était en place sur son fusil, avant de se retourner vers sa compagne, pour que d’un signe de tête, lui faire comprendre qu’il était temps pour eux de faire face au danger du rez-de-chaussée.

Il gravit les dernières marches de l’escalier, arrivant devant l’entrée de la salle principale. Il indiqua à Itamune de se placer de l’autre côté de la porte qui était grande ouverte…


‘’Trois. Deux. Un… Go !’’


Horreur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itamune Hiromasa

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Âge virtuel: 23
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Ven 30 Mar - 2:54

‘’Trois. Deux. Un… Go !’’

Trop tard pour réfléchir, trop tard pour les regrets, trop tard pour reculer... Elle se le répétait alors qu'elle pivotait sur elle même, contournant l'angle de la porte, braquant son arme sur le hall. Le faisceau de sa lampe balaya les visages ravagés aux yeux morts, les corps ensanglantés, déjà son index enfonçait la gâchette. Une fois, deux fois, trois fois... Elle perdit le compte de ses tirs alors que ses balles filaient vers leur cibles, s'enfonçant dans les chairs mortes avant de rejaillir de l'autre côté dans des explosions de chair et de sang.

L’éclat des coups de ses coups de feu conjugués à ceux de Katsu projetaient des lueurs saccadés dans le vaste espace, créant un effet semblable à celui d'une lumière stroboscopique. Alors que les douilles fumantes venaient tinter près de ses bottes, les morts s'étaient mis en mouvement. Ils convergeaient vers eux, à peine ralentis par les impacts. Elle releva sa visée, et une des balles 5.56mm NATO se logea dans le crâne de l'être le plus proche d'eux, l'envoyant basculer en arrière. Le son de sa chute fut étouffé par les détonation mais il ne se releva pas.


"La tête !"

Ils étaient plus nombreux encore que dans leurs souvenirs, une véritable horde bloquant l'accès aux portes du Musée, promesse de liberté. Quatres autres s'effondrèrent sous ses tirs, avant qu'un désagréable claquement métallique n'indique que son arme était vide.
Se reposant entièrement sur Kastu elle éjecta le magasin qui alla rebondir sur le sol, tandis que fébrilement elle ouvrait une poche à sa ceinture, extrayant un nouveau chargeur qu'elle inséra d'un geste guidé par un entrainement méticuleux. D'un mouvement rageur elle réarma son fusil, avant de reprendre les tirs, plus méthodiquement. Un coup par seconde.

Elle remarqua une silhouette qui s'était approchée d'eux par le flanc, son arme était déja pointée sur cette dernière, mais elle hésita. Il portait l'uniforme des Forces d'Autodéfenses, il y aurait des survivants de leur escouade ? Mais quand sa lumière éclaira le visage de son défunt coéquipier, elle compris qu'il étaient les seuls survivants. Une balle lui offrit le repos véritable. Elle s'efforça de faire le vide dans son esprit, de ne pas se laisser distraire, c'était au tour de Kastu de recharger, et elle devait les couvrir tout les deux le temps qu'il le fasse.

Plusieurs anciens membres de leur équipe s'étaient joints à la horde, mais ils furent abattus comme les autres. Tous des ennemis, pas de pitié, pas de doutes, pas d'hésitations.

Quand le silence retomba sur le hall du Musée ils étaient les seuls encore debout.




Dernière édition par Itamune Hiromasa le Dim 10 Juin - 3:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidasaku Katsu

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 22
Localisation : Evian-Les-Bains

Feuille de personnage
Âge virtuel: 25
Style de Survie:

MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   Dim 1 Avr - 19:13

Le bruit du sang jaillissant du corps de ces monstres, l’acier se logeant dans la chair, le son des fusils crachant un feu meurtrier… Tout ça se mêlait en un concert des plus macabres qui dura plusieurs longues minutes.

Après le carnage du rez-de-chaussée, il fallait bouger. À peine Hidasaku avait vidé son dernier chargeur sur les créatures restantes, il se mit en mouvement, balayant la pièce du regard, s’assurant qu’elle était à peu près sûre. C’était le cas, pour l’instant. La porte du hall était entre-ouverte, laissant rentrer un fin filet de lumière, et bientôt, s’ils ne se déplaçaient pas rapidement, une horde de monstres.

Une voix grésilla dans l’oreillette d’Hidasaku, enfin des nouvelles du QG !


‘’À toutes les unités... Je répète... À toutes les unités ! Regroupez... base militaire, la caserne est assiégée... Les morts se relèvent…assiègent... À toutes les unités… Je répète… À toutes les unités ! Regroupez…’’


Des nouvelles, certes, mais pas des bonnes. Alors, ils allaient devoir trouver la base militaire. Si ses souvenirs étaient bons, il faudrait sortir de la ville et passer par la campagne… C’était flou, et dans le chaos qui devait régner dans les rues, ça risquait d’être compliqué. C’est en passant devant la boutique des souvenirs qu’il embarqua rapidement une carte de la ville. Il ne la connaissait pas assez bien pour s’y retrouver, et encore moins pour y survivre.

Il jeta un dernier coup d’œil au hall du musée, les cadavres encore fumants des abominations gisaient au sol. Il n’avait jamais vu quelque chose de semblable à cela, pourtant, ce n’était pas la première fois qu’il voyait des cadavres ou du sang, mais là, c’était autre chose… Ce n’était pas humain, pas naturel.

Il se plaça devant l’entrée du musée, poussant du pied le corps d’un ancien membre des autodéfenses japonaises… Lui, avait le crâne explosé, la balle avait dû passer par un œil, vu le trou béant qui se trouvait à la place de son orbite droite, mais, ce qui était étrange, c’était bien les morsures sur son bras droit, c’est celles-ci qui avaient dû lui être mortelles.

Enfin, il s’abaissa sur le corps, pour récupérer les quatre chargeurs de fusil type-89 qu’il avait encore sur lui. Il n’aimait pas piller les corps de ceux qui furent des coéquipiers, mais il n’avait pas le choix.

Il rajouta les précieuses munitions à son ceinturon, avant de pousser la porte d’entrée du musée.

La lumière, enfin !

[SUITE DU RP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit au Musée [Nuit - 0] (Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit allait être courte. (X) [Terminé]
» Flash back - Erwin Dog & Cloé Bellavi - Une nuit au musée
» La Nuit au Musée
» Suis-je si seule dans ce si beau musée ? [Livre I - Terminé]
» Petite escapade de nuit [PV CROC DE NUIT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La catastrophe :: Le Musée :: 3ème Etage-
Sauter vers: