CalendrierFAQRechercherAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tomi Roestock

Aller en bas 
AuteurMessage
Tomi Roestock

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 18/01/2012
Age : 26
Localisation : somewhere else

Feuille de personnage
Âge virtuel:
Style de Survie:

MessageSujet: Tomi Roestock   Mer 25 Jan - 6:53





||FICHE DE PRESENTATION||






  • Noms: Roestock
  • Prénom: Tomi
  • Surnom: fukurou, dame fukurou
  • Age: 26
  • Sexe : Mâle
  • Metier : Prof de sport au lycée
  • Langues parlées: Anglais, Norvégien, Japonais, Allemand, un peu de russe et d'espagnol
  • Orientation Sexuelle: Hétérosexuelle
  • Hobbies/ Activités Sportives: arme de poing, arme blanche, l'arme longue portée occasionnelle aux stands de tir, la guitare et la phtographie
  • Origine: Américain du côté de son père, Norvégien du côté de sa mère


  • Caractéristique physique:

    Tomi est un jeune homme aux cheveux bruns mi-longs souvent en bataille ou séparés par une raie centrale, ses yeux marrons partant vers le noisette contraste avec le bandeau rouge bordeaux, qu'il lui arrive de porter pour éviter que ses cheveux ne lui cache complètement la vue en retombant sur son visage amical et souriant, relativement appréciée par la gente féminine. Mesurant 1 m 83 pour 90 kilos, il a un corps relativement musclé et assez bien sculpté sans pour autant être bodybuildé du a son passé militaire, il a parfois tendance d'en porter encore les habits ainsi qu'en garder certaines habitudes; niveau vestimentaire il est souvent vêtu d'un jean sombre et d'une veste noire et blanche entrouverte laissant percevoir un T-shirt, souvent à longues manches. Il chausse des Rangers taille 47 et cachée entre celles-ci et son pantalon se trouve un couteau militaire AITOR Bowie 18,5 cm de lame, un cadeau de son père qu'il garde en tant que souvenir (et moyen de défense) même s'ils ont coupés les ponts. Il a également plusieurs cicatrices, notamment une très visible sur le dos de sa main droite, partant du début de son index en diagonale vers son poignet; celles-ci en intimides certains pour le rendre populaire auprès d'autres, personnellement il pense que ça fait "dur à cuire"... ce qui ne l'empêche pas de dissimuler ses mains avec une paire de gants blancs (ou noir) en cuir souple.

  • Caractéristique psychologique:

    Il est assez difficile de le cerner, mais ce que la majorité des gens peuvent voir de sa personnalité n'est généralement qu'un revêtement de façade, comme une cartouche vide après avoir été tirée. Depuis qu’il est au Japon il se comporte de façon joyeuse, un peu comme un optimiste invétéré, beaucoup l’admire pour ça mais certains sont ennuyés par son attitude, et de ce fait il n’hésitera sous aucun prétexte de faire une plaisanterie s’il en a l’occasion, à condition évidemment que le sujet ne soit trop "sérieux". Si l’on va au-delà de cette façade, à laquelle il tente tant bien que mal de croire soi-même, il se sent seul, essaye de s’adapter à un nouveau train de vie en changeant du tout au tout, mais son passé le rattrape inévitablement quand il se retrouve seul tard dans la nuit en train de lire un vieil article de presse de son pays natal. Quand Tomi se décroche de son attitude optimiste il peut être froid, calculateur, mais avant tout très mystérieux et discret, capable de suivre quelqu'un pour vérifier ses allers et venus sur un coup de tête du au prétexte qu'il l'aurait "regardé de travers", c'est dans ces moments qu'il faut se méfier de lui car il est absolument imprévisible… En dehors de ça il a un caractère plutôt doux et amical autour de la population en général, et à tendance à se laisser aller niveau discipline surtout ces derniers temps, c'est ce qui lui a valu son surnom à son nouveau travail, la paresse est un des 7 péchés capitaux et celui-ci fait bien partie des siens désormais.

  • Histoire:


    Né à Trondheim en Norvège de l’union fraîchement officialisée par un mariage, entre sa mère, Norvégienne de souche, et son père, métisse, qui était d'avantage américain que japonais ; Tomi put jouir d’un enfance plutôt normale sans grand évènement à marquer, à l’exception du fait que son père n’était pas très souvent à la maison à cause de son travail, c’était un militaire spécialisé dans l’infiltration et la récupération d’informations, comparable au travail d’un espion, et avec le communisme aux portes de l’Europe de l’Ouest, les États-Unis d’Amérique voulaient le plus d’informations possible venant de l’USSR…
    Après la chute du mur son père reçu des missions différentes, dans d’autres parties du monde, mais il rentrait néanmoins plus souvent chez lui. Un des jours qui marqua profondément la vie de Tomi fut le jour de ses 11 ans, quand son père décida de l’envoyer en internat à l’école militaire, pas n’importe lequel, mais son ancienne école militaire située aux USA. L’idée de partir loin de sa mère ne lui plaisait guère, et celle-ci ne fut pas plus enchantée par cette proposition et protesta longuement le départ de son fils unique ; la femme de 32 ans finit par céder sous l’argumentation implacable de son mari de 38 ans et Tomi se vit partir pour les États-Unis. Rien qu’à l’aller il se sentit déjà nostalgique, de sa maison dans la banlieue d’Oslo où ils avaient déménagés il y a 4 ans de cela, en quittant sa ville natal Trondheim et tous ses amis, les évènements semblaient se reproduire à l’identique, mais cette fois-ci il se retrouvait seul. Arrivé à destination, il dut se débrouiller seul dans ce nouvel environnement où il apprit que son père était assez connu auprès des instructeurs et différents professeurs de l'établissement. Le problème qui se lia à ces souvenirs d'antan fut tout d'abord les attentes élevées du personnel par rapport à ses performances, ce qui s'y rajouta par la suite, bien qu'il ait réussit tant bien que mal à satisfaire les professeurs, d'autres élèves le méprisèrent à cause de son traitement "privilégié", et il finit par se retrouver de plus en plus isolé. Il se concentra uniquement sur le programme tout en attendant avec impatience chaque période de vacances pour pouvoir revoir sa mère; Jusque-là il suivait les traces de son père avec un dossier impeccable, passa ses années de collège haut la main, et reçu la promesse d'un cadeau de son père en récompense de ses efforts futurs, "quelque chose de bien particulier" lui avait-il dit…

    De retour en Amérique, et en internat par la même occasion, Tomi suivit le chemin tracé par son père, tracé ou imposé ? La différence était peut-être aussi fine qu'une feuille de papier mais le fait est qu'il respectait et admirait son père, avoir son travail lui paraissait extraordinaire, pour plusieurs raisons, mais surtout pour un détail, c'était une tâche solitaire, et ayant passé ses années de collège seul, le travail de son père n'en devenait que plus attrayant. Un an plus tard, le jeune homme de 16 ans était complètement absorbé autant par les études de langues que celles d'informatiques, c'est la première fois qu'il décida de rester aux États-Unis pour les vacances, ce qui chagrina sa mère qui insista pour venir le visiter une semaine ou deux au moins durant cette période. Les élèves à l'internat étaient relativement nombreux à l'exception des vacances où le bâtiment se retrouvait presque abandonné; C'est à ce moment là qu'il rencontra deux élèves dans la même situation que lui, du moins, le fait de rester volontairement l'année scolaire entière sur le terrain de l'école. Ils s'entendaient bien, Mary Cartridge, une passionnée des armes blanches, et Tyler James Falcon, surnommé T-Jay et fervent admirateur/utilisateur d'armes longue portée, en d'autres mots, un sniper. Tomi se joignit à eux et le trio devint rapidement inséparable. Un mois plus tard sa mère vint le rejoindre, porteuse de mauvaise nouvelle, son père était retenu prisonnier en Corée du Nord. La nouvelle l'ébranla mais Mary et Tyler étaient là pour le soutenir moralement, petit à petit il s'y habitua, pensant que peut-être un jour il pourrait l'aider. Terminant le lycée avec les notes adéquate et un corps musclé, il choisit de poursuivre une formation spéciale, la même que son père. Le jeune homme revint d'abord en Norvège, notamment pour se ressourcer et pour revoir sa mère qu'il n'avait pas vue en 18 mois… Le félicitant de sa réussite elle lui donna un objet enroulé dans un morceau de tissu en lin. Ce qui en sortit fut un couteau militaire plutôt impressionnant, Lame 18, 5 cm, prise en main aisée, AITOR Bowie.

    "C'était son cadeau… il l'a acheté 3 mois avant son départ pour la Corée du Nord pour ton diplôme, il savait que tu y arriverais et avait confiance en tes capacités…" On pouvait sentir la mélancolie dans sa voix et le fait que son mari lui manquait était évident. Sans avoir été capable de consoler sa mère, Tomi retourna en Amérique pour y suivre un apprentissage intensif auquel il eu la chance de pouvoir être admis, après un concours très sélectif auparavant. L'entraînement lui-même se déroulait à une base militaire à quelques miles du complexe éducatif et le niveau était différent du tout au tout. Des épreuves de repérage, de camouflage, maîtrise d'arme à feu au point ou il serait capable de tirer en course, épreuve de survie… la liste est longue. Il en ressortit plus motivé que jamais, son couteau en main, pensant à son paternel enfermé à l'étranger. Le jeune militaire diplômé fut étonné de la rapidité à laquelle il se vit partir en mission, après quelques semaines il se retrouva en Indonésie, 4 mois plus tard en Argentine où il resta 6 mois avant d'avoir terminé son assignement. A 22 ans il reçu une mission sans objectif précis, il serait donné sur place. Rendez-vous à Vladivostok, à la pointe Sud-est de la Russie, seule information complémentaire, mission en coopération avec le sergent T.J. Falcon. Arrivé sur les lieux il retrouva son ami qui n'avait pas reçu plus d'instructions que lui, et ils attendirent la personne susceptible de leur fournir les directives; c'était sa première mission de groupe, et il fut bien plus intrigué quand il vit que Mary était en charge de cet assignement… et avait été promu au rang de capitaine au sein du MSOR (Marine Special Operations Regiment). Elle leur tendit une lettre contenant le briefing de mission et la première chose flagrante à noter, l'en-tête "Black Operation", signifiant une opération qui ne sera jamais classée dans les archives, et qui se déroulera sans renforts ni secours en cas de problèmes, une fois en terrain hostile, c'est sans filet. Le jeune militaire fut frappé par l'importance de la mission mais encore plus par son objectif: récupérer les militaires retenus au camp 22 de Haengyong. Les détenus étaient Alexander Korvitch, Kyle Hendricks et Matt Harrison, son père.

    Trois semaines et une blessure au ventre plus tard, Korvitch et Harrison retrouvèrent leur liberté, non sans séquelles, Hendricks avait périt quelques mois plus tôt et les deux survivants étaient en mauvais état, autant physique que psychologique. Tomi retrouva son père, mais il avait changé, bien qu'il retourna en mission dès qu'il fut remit sur pied, il n'était plus le même.

    Trois ans plus tard, à 25 ans, Le Lieutenant Tomi Harrison était devenu assez important et se retrouvait de plus en plus impliqué dans les missions d'interventions classées secrètes, type "Black Ops". Au même moment, son père Matt échoua dans l'une de ses missions en Iran et se vit confiné chez lui jusqu'à ce que les évènements se calment. Son père vit cet échec et les restrictions qui s'en suivirent comme une conspiration et commença lentement à perdre l'esprit. Deux mois plus tard Tomi décida de rentrer en Norvège pour l'anniversaire des 47 ans de sa mère, il lui acheta un collier de perles à Oslo puis il rentra chez lui. Quand il arriva chez lui, toutes les lumières étaient éteintes, pensant que personne n'était là, il s'avança vers la cuisine pour peut-être faire un gâteau ou quelque chose qui y ressemblerait vaguement. La lumière ne s'alluma pas lorsqu'il actionna l'interrupteur et du verre brisé craqua sous ses pas en avançant dans la cuisine sombre et une drôle d'odeur y régnait; inquiet, il sortit une lampe de poche de son sac et regarda aux alentours. La scène qui se déroulait devant ses yeux le pétrifia, la cuisine était en désordre total, sur le sol il y avait du verre, des couverts, des casseroles, de la nourriture et du sang. Tomi suivit une longue traînée de sang et tomba nez à nez avec le corps de sa mère dans la buanderie, en face, dans un coin sombre, son père était recroquevillé sur lui-même, un de ses couteaux recouverts du sang de sa femme entre les mains.

    Quand Matt vit son fils il balbutia: " ils… ils sont tous contre moi… elle était de mèche avec eux… c'est à cause d'elle que je me suis retrouvé à Haengyong." Il avait perdu l'esprit et fut interné peu après les évènements. Après la mort de sa mère, le jeune Harrison voulut quitter sa carrière militaire, car le milieu lui rappelait trop ce qui était arrivé à ses parents, et se posant sérieusement la question si le fait d'avoir laissé son père enfermé en Corée du Nord aurait été une meilleure solution il préféra démissionner, malgré les protestations de ses supérieurs. Il partit pour le Japon, où il pensait peut-être trouver de la famille distante, il s'installa à Tokunosu, reprit le nom de sa mère en sa mémoire et changea son style de vie du tout au tout. Il devint professeur de sport au lycée grâce à une faveur de son ancien supérieur qui lui fournit le diplôme nécessaire au Japon.

    Tomi passe maintenant ses journées le plus paisiblement possible, faisant une sieste dans le gymnase après un cours, flânant sur le toit d'un des bâtiments, ou sur la pelouse de l'établissement, ce qui lui a valu son magnifique surnom. Il reste souvent jusqu'à tard le soir au lycée, soit observant un article de presse norvégien intitulé "militaire perd l'esprit et tue sa femme", soit en lançant son couteau contre une cible ou une plaque de bois, toujours dissimulé dans sa botte, c'est le seul souvenir de son père qu'il ait gardé. Il a récemment découvert que T-Jay était à la base militaire des environs jusqu'à nouvel ordre mais il a peur que le rencontrer de nouveau ne fasse resurgir trop de souvenirs douloureux.




  • Votre age IRL: 20
  • Quel est le nom du personnage de votre avatar: Tomi Roestock
  • Comment avez vous connu le forum? par les amis
  • Première impression? classe
  • Des suggestions pour l'améliorer? un distributeur de bombecs
  • Avez vous lu le règlement?Validay par la fana de sucettes au citron


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tomi Roestock   Jeu 26 Jan - 9:47

Perso la fiche me semble correcte, on comprend pourquoi il garde l'arme et comment il est devenu professeur de sport je trouve.
Sinon des fautes, enfin quelques unes qui pourraient être corrigées mais sans plus
Les lignes sont respectées

Donc tu as ma validation, il ne t'en reste plus qu'une
Revenir en haut Aller en bas
Hayate Totchimaru

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 24
Localisation : Partout est nul part a la fois.

Feuille de personnage
Âge virtuel: 17
Style de Survie: En Groupe

MessageSujet: Re: Tomi Roestock   Jeu 26 Jan - 20:45

Je dois dire que... Vraiment... J'ai rarement vue une fiche comme celle-ci... Chapeau.

Le caractère physique et psychologique sont très bien écrit, même si, comme la dit ma collègue, il y a certaines fautes qui peuvent être corrigées.

Que dire de l'histoire a part... Magnifique ? Très sincèrement, j'ai aimé, j'ai même adorée, la musique que tu a disposé au début était parfaite, accentuant la lecture et améliorant l'envie de lire et de comprendre son histoire.

Donc, je te le dit, tu a gagnée haut la main ma validation, un de mes collègue du staff déplaceras sans doute la fiche et te mettra ta couleur.

Hellcome a toi dans notre petit monde... And... Enjoy X)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tomi Roestock   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tomi Roestock
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tomi Shishido - Gorgone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Hors RP :: Matricule des Victimes :: Les Civils-
Sauter vers: